Réduire notre empreinte écologique dans notre assiette (4/4)

Les 3 derniers articles sur l'alimentation et l'empreinte écologique nous mènent à celui-ci! Il existe différents modes de production hors sol (exemple: serre et hydroponie), biologique ou non et intégrée qui ont des impacts différents sur l'environnement. C'est ce que nous aborderons dans cet article sur la réduction de notre empreinte écologique dans notre assiette. 

Quels sont les types de production alimentaire?

Le modèle d’agriculture dominant a été défini par les politiques publiques, les pratiques des agriculteurs et les comportements des consommateurs. Il repose sur :

  • La production de grandes quantités de céréales (blé, orge et maïs), de lait et de viande ;
  • L’utilisation d’engrais et d’insecticides ;
  • Le recours au produits phytosanitaires (pesticides, engrais) ;
  • La concentration des exploitations.

Nous parlons ici généralement de monocultures et celles-ci a un impact grandiose sur l'environnement: déforestation, surexploitation des terres arables, utilisation de produits chimiques... 

Il existe toutefois d'autres types de production alimentaire beaucoup plus respectueuse de l'environnement.

 Qu'est-ce que l'agriculture intégrée?

L'agriculture intégrée repose sur une double démarche : l’utilisation des techniques de l’agroécologie et la mise en place d’une démarche de gestion intégrée des sols.

L'agroécologie est une science qui s'intéresse aux relations entre les êtres vivants (plantes, animaux) et les écosystèmes naturels (milieu aquatique, milieu aérien et sols) afin d'évaluer les impacts que peuvent avoir les activités humaines sur ces écosystèmes.

 Dans l’agriculture, l’agroécologie permet de mieux comprendre et de mieux maîtriser les écosystèmes (parcs naturels, prairies, forêts…) pour favoriser la biodiversité et la résistance des écosystèmes aux perturbations extérieures.

L’agroécologie a donc pour but de réduire l’utilisation des produits chimiques et d’améliorer la qualité des sols.

La mise en place d’une démarche de gestion intégrée des sols (GIS) vise donc à réduire l’usage d’intrants chimiques, à favoriser les processus naturels de fertilisation des sols (fertilisation organique, fertilisation minérale…) et à réduire la pollution des eaux par les produits phytosanitaires. Elle vise aussi à améliorer la qualité du sol.

Qu'est-ce que l'agriculture biologique ?

L'agriculture biologique est une agriculture basée sur le respect de la vie. Elle s'intéresse à la qualité des sols, des eaux, des plantes et des animaux. L'agriculture biologique exploite les ressources naturelles en préservant l'environnement, en préservant la biodiversité et en utilisant des moyens de production non polluants. Les cultures et l'élevage sont faits sans pesticides, engrais de synthèse, hormones de croissance ou autres substances chimiques.

La production et la consommation d’aliments biologiques ont d’autres avantages: réduction notre exposition aux pesticides et aux OGM, aliments plus savoureux, encourager une production agricole régie par des règles strictes en matière d’économie d’énergie et d’utilisation de produits chimiques et synthétiques

L’agriculture biologique vise une production alimentaire de manière durable afin d’assurer au mieux l’utilisation de nos ressources naturelles.

L'agriculture en serre

L'agriculture en serre est une forme d'agriculture qui vise à produire des fruits, légumes et parfois des fleurs en serre. Ce type d'agriculture permet une proximité des aliments mais n'est pas sans impact écologique.

C'est une forme d'agriculture qui empêche les insectes et les oiseaux de venir déposer leurs déjections et de produire une partie de notre alimentaire durant la période froide.

Il va sans dire que la production alimentaire en serre nécessite une grande quantité d'énergie.

Qu'est-ce que l'agriculture hydroponique?

L'agriculture hydroponique consiste à cultiver des plantes dans des conditions contrôlées sans utiliser d'engrais ni de terre. Contrairement à l'agriculture traditionnelle, les plants cultivés en hydroponie ont accès à une source d'eau et de nutriments en continu, ce qui permet de réduire les émissions de gaz à effet de serre liées à l'utilisation de produits chimiques. Les plantes sont cultivées sans terre ou substrats.

Il existe néanmoins différents modes de production hors sol (hydroponie, aéroponie, aquaponie, etc.) qui peuvent s’avérer de grands consommateurs d’énergie à cause d’un éclairage artificiel, d’une ventilation ou d’une climatisation nécessaires, par exemple. Dans certains cas, ces types de production peuvent donc émettre plus de GES et consommer davantage d’énergies  que l’agriculture traditionnelle.

Finalement, aucune pratique n’est parfaite, mais chaque petit geste compte. Et chacun peut prendre un peu de ce qui lui convient au sein des différentes pratiques alimentaires, afin de contribuer à la sauvegarde de la planète… un coup de fourchette à la fois !

Écologique vôtre!





Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés